ELIMINATION DU ZINC ET DU CADMIUM PAR DES ALGUES VERTES

Fadila AMMOUR, A. BEGGACHE, Samia HOULI, YOUCEF TOUIL

Résumé


Résumé :
En Algérie, le traitement des eaux usées se fait essentiellement par boues activées. A la sortie
de la station, une grande partie des métaux lourds se trouve piégée dans les boues, mais une
quantité non négligeable est évacuée avec les eaux épurées.
En dépit de leur faible concentration, ces éléments bioaccumulables, présentent un risque de
toxicité à moyen et long terme. Il faudrait donc envisager leur élimination, si on veut
procéder à une réutilisation rationnelle des eaux usées épurées et réduire les risques sanitaires
et écologiques. Dans ce contexte, nous avons réalisé une étude qui porte sur la biosorption des
métaux lourds par des micro algues (scenedesmus quadrilla, chlorelles vulgaris et des
diatomées) cultivées au laboratoire sous conditions contrôlées. Nous avons choisi pour cette
études deux métaux lourds : le zinc qui à faibles doses est un oligo-élément indispensable et le
cadmium qui est un élément non essentiel et fortement toxique. Il ressort de ce travail que la
sensibilité des cellules algales aux métaux lourds diffère selon les espèces ; les résultats
obtenus montrent que les scenedesmus et les chlorelles résistent mieux que les diatomées au
zinc et au cadmium. La toxicité très forte du cadmium a été mise en évidence par le taux de
mortalité plus important, des cellules algales.

Mots-clés


Traitement ; Métaux lourds ; Biosorption ; algues

Texte intégral :

PDF